Comment vivre avec le stress (et en faire son allié)

Remplissez dès maintenant le formulaire ci-dessous pour accéder instantanément à 7 cours sur les huiles essentielles et ce GRATUITEMENT !


Prénom :

E-mail :

De nos jours, le stress est quasi inévitable. Alors plutôt que de se lamenter, pourquoi ne pas changer le regard qu’on porte sur lui ? Plutôt que de s’acharner à le faire disparaître, essayons plutôt de faire du stress un allié, voire un ami…

Voir le stress comme un ami

Pendant des années, nombre de psychologues et spécialistes de la santé et du bien-être se sont évertués à aider les gens à lutter contre le stress. Maintenant, on s’est rendu compte qu’il serait peut-être plus utile d’apprendre à vivre avec.

Une étude réalisé auprès de 40000 Américains, bien que celle-ci ait montré que les personnes les plus stressées courraient un risque plus élevé de développer des problèmes de santé que la moyenne, elle a aussi mis en évidence que cela ne concernait que les gens persuadés des méfaits du stress. Par contre, les gens habituellement soumis à un stress intense mais convaincu que celui-ci n’est pas forcément mauvais (un comédien avant de monter sur scène, un infirmier aux service des urgences,…) sont moins sujets aux problèmes de santé. Comme ils considèrent le stress comme moins négatif, ils sont dès lors moins anxieux et leur corps répond physiquement moins au stress. Pourtant il est communément admis que le stress est néfaste. Est-ce vraiment le cas ? Certains spécialistes ne le pensent pas. On le sait, le stress est au départ un mécanisme de défense qui a pour but de nous sauver la vie. Le corps émet des manifestations physiques comme l’accélération du rythme cardiaque, la transpiration, la respiration qui s’accélère ou des maux de dos. Ainsi il nous avertit et nous permet de nous protéger des dangers. C’est en fait un mécanisme très ancien qui fait que nous sommes toujours là aujourd’hui. On devrait s’en féliciter. En outre, quand il y a stress, le corps produit du cortisol et de la DHEA. Ces « substances chimiques » permettent à l’individu de meilleures performances, moins de syndromes post traumatiques et une meilleure capacité d’apprentissage. Ce qui revient à dire que considérer le stress de manière plus positive nous permet de le voir comme une ressource qui nous donne plus de confiance, plus d’énergie de de meilleurs dispositions à agir.

Etre à l’écoute du stress

Le stress apparaît quand un « danger » survient. Ce danger peut-être réel ou supposé réel (le plus souvent imaginé), parce que nous ne savons pas comment réagir face à une situation ou un événement inconnu, parce que nous avons peur de ne pas pouvoir répondre à ce que la société attend de nous… En fait, il ne doit pas y avoir nécessairement un lien entre la gravité d’une situation et notre réaction au stress. Ce qui nous stresse, c’est notre façon de gérer une situation qui n’est pas nécessairement grave. Nous ne stressons pas tous pour les mêmes raisons, ni dans les mêmes proportions. Les raisons à cela peuvent être notre éducation, nos croyances qui font que telle ou telle situation nous paraît comme un danger potentiel et donc va engendrer du stress. Le stress a toujours quelque chose à nous dire. Le stress est au mental, ce que la douleur est au physique. C’est le signe d’un dysfonctionnement. Quand le stress apparaît, l’idéal est de mettre son corps et son esprit en pause, de prendre conscience qu’un stress s’est installé en nous et alors de s’interroger : Pourquoi je stresse ? Qu’est ce qui s’est passé ? Les réponses pourront être des informations précieuses pour changer de tactique face à celui-ci.

Chercher de l’aide

Parmi les différentes réactions du corps au stress, il y a la libération d’ocytocine, surnommée « l’hormone du câlin ». Ce qui signifie que la réponse physique du corps au stress possède un mécanisme de résistance qui incite aux contacts sociaux. Quand votre vie est stressante, cette hormone vous incite à vouloir être entouré par des gens bienveillants et soucieux de vous. Ce qui va vous donner envie de renforcer vos liens sociaux, vous donner envie de vous confier à quelqu’un, à chercher de l’aide et du réconfort. Donc si vous êtes sujet à un gros stress, n’hésitez pas à aller vers l’autre, vers quelqu’un qui sera vous écouter. C’est votre corps qui le demande.

Faire marcher ses méninges

Nous l’avons vu, le stress constitue un message d’alarme instinctif envoyé par notre cerveau (reptilien ou archaïque) face à un danger (réel ou pas). L’idéal serait de pouvoir agir sur ce « danger », mais comme celui-ci est la plupart du temps extérieur ou indépendant de nous (le comportement des autres, les embouteillages, l’environnement…), la seul solution est de changer notre regard sur lui. Pour cela, il convient de faire une petite gymnastique du cerveau pour passer de ce mode reptilien, automatique au mode préfrontal (réfléchir à une autre option). Si vous êtes face à une situation stressante, vous pouvez par exemple trouver 3 ou 4 avantages à cette situation, vous pouvez aussi vous demander ce que vous en penserez dans dix ans, inventer de nouvelles réponses. Il faut être ouvert aux nouveautés, aux imprévus, aux découverte, faire preuve de curiosité, il faut faire aussi preuve d’acceptation et de relativité. Avec le temps, cette petite gymnastique d’esprit deviendra presqu’un réflexe et apaisera considérablement votre stress.

Se débarasser des résidus de stress

Pour que l’énergie résiduelle du stress ne s’accumule pas, il faut l’évacuer au risque de le revoir surgir dans peu de temps. Il faut dissoudre ses restes de stress dans des activités, un peu chaque jour et encore plus le week-end. Ces activités doivent combiner action et concentration, comme du sport, des mots croisés, de la relaxation, du jardinage, des activités en famille… (mais pas la télévision, ni l’alcool!).

Prendre sa vie en main

Penser qu’on a aucune maîtrise de ce qui nous arrive, qu’on se sent victime des événements font parties des éléments qui influencent le plus le stress. Par contre si on prend les choses en mains, on prend des initiatives face aux événements, on essaye de trouver des solutions aux situations stressantes, on pourra dès lors maîtriser son stress, mieux vivre avec et en fin de compte, on sera beaucoup moins et beaucoup moins stressé.

gérer le stress


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *