Quand maman boit, c’est bébé qui trinque !

Remplissez dès maintenant le formulaire ci-dessous pour accéder instantanément à 7 cours sur les huiles essentielles et ce GRATUITEMENT !


Prénom :

E-mail :

GROSSESSE

L’alcoolisme fœtal est la première cause de retard mental acquis en occident. En Belgique ou en France, ce fléau concerne une à deux naissances sur mille. Mais le nombre de nourrissons souffrant de troubles dus à une consommation d’alcool est probablement bien plus élevé.

La consommation régulière ou abusive d’alcool durant la grossesse est gravissime : elle altère tant la santé physique que mentale du futur bébé. L’alcool consommé par la future maman traverse le placenta, il est absorbé et distribué dans tout l’organisme du fœtus. Mais son foie étant encore immature, il n’est pas en mesure d’éliminer correctement ce breuvage, qui peut atteindre tous les (futurs) organes et entraîner des modifications cellulaires et membranaires irréversibles. L’alcool a un effet « tératogène » : il peut provoquer des malformations congénitales ou perturber le bon développement du nourrisson. Il est notamment très toxique pour le système nerveux et donc pour le cerveau.

Les conséquences de l’alcoolisation durant la grossesse sont multiples : fausse couche, accouchement prématuré, malformation, retard de croissance, déficience mentale, troubles de l’apprentissage et du comportement, hyperactivité, troubles de l’attention ou de la mémoire, traits du visage caractéristiques…

Constat tardif

Tous les bébés dont la maman a consommé de l’alcool ne sont pas affectés par les mêmes altérations.

Il existe en effet plusieurs degrés d’intoxication et un ensemble de troubles dus à cette boisson. Le « SAF » (syndrome d’alcoolisation fœtale) est le plus grave. Il survient après une consommation chronique d’alcool d’environ cinq verres par jour. Il entraîne fréquemment des anomalies physiques, mentales et comportementales et des lésions cérébrales permanentes. Il existe une forme partielle de ce syndrome : le « EAF » (effets de l’alcool sur le fœtus). Cette dernière est la plus courante, mais aussi la plus insidieuse car elle n’est pas toujours repérée dés la naissance. Des troubles peuvent donc apparaître des années plus tard : hyperactivité, difficulté dans la motricité fine, manque de concentration, retards scolaires (problèmes en lecture et en compréhension des mathématiques abstraites, dyslexie), capacité de jugement faible, obstacle à gérer un budget, hypersensibilité au bruit, surdité… Aucune prise en charge spécifique n’est donc proposée à ces enfants, alors qu’il est urgent d’intervenir avant l’âge de 11 ans, dans l’espoir de corriger certaines faiblesses.

« Zéro alcool »

La tolérance et la sensibilité à l’alcool sont très variables durant la procréation et la gestation selon les personnes.

Mais les professionnels de la santé ignorent le seuil en dessous duquel une grossesse sera sans risque. Les médecins préfèrent donc conseiller l’abstinence complète. Peut-être avez-vous remarqué la récente campagne de sensibilisation. Elle insiste sur la nécessité d’adopter le réflexe « Zéro alcool pendant la grossesse ». Un conseil important car si boire un petit verre occasionnellement est une pratique reconnue et socialement bien acceptée, chez la femme enceinte, elle peut avoir des conséquences importantes sur l’enfant à naître, son développement et ses comportements futurs.

Rappelons qu’il y a autant d’alcool pur dans un verre de bière, de cidre ou de vin et qu’il n’existe pas de dose totalement inoffensive pour le bébé. Si vous rencontrez un problème d’alcoolisme, parlez-en à votre médecin ou à un autre professionnel de la santé. Il pourront vous aider à réduire et même arrêter votre consommation.

Bien que les spécialistes sachent depuis quarante ans qu’alcool et grossesse sont incompatibles, que toute consommation est une prise de risque, les mentalités ont beaucoup de mal à évoluer et cette information n’est toujours pas passée auprès du grand public. Or cette pathologie irréversible est aussi totalement évitable. Une seule solution : une rapide prise de conscience collective.

Pour en savoir plus et aller plus loin :  Livre conseillé : 9 mois et toi


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *